Mise en ligne le 18-12-2017

Comme chaque année, 2018 devrait voir le métier de diagnostiqueur immobilier évolué. Cette activité, encore relativement jeune, est en effet encore en train de définir son cadre pour répondre aux lacunes relevées.

Des changements déjà entérinés !

Certaines mesures sont d’ores et déjà officielles. C’est le cas notamment de l’extension des diagnostics gaz et électricité dans le locatif. À compter du 1er janvier 2018, toutes les habitations équipées d’installations de plus de quinze ans devront faire l’objet d’un État de l'installation intérieure d'électricité et/ou d’un État de l'installation intérieure de gaz mettant ainsi fin à la période transitoire durant laquelle seuls les logements collectifs construits avant 1975 étaient concernés.

L’évolution de l’ERNMT est également déjà actée. En effet, il est prévu qu’une information sur les risques d’exposition au gaz radon y soit intégrée, mais aucune date définitive n’a pour le moment été annoncée, dans l’attente de l’achèvement du zonage territorial (probablement durant le premier trimestre 2018).

Des réformes toujours des réformes ?

Nous en avons déjà parlé, une réforme du régime de certification des diagnostiqueurs immobiliers est toujours envisagée, même si aucun calendrier précis n’a été pour le moment évoqué. Autre réforme possible, celle du DPE. En effet, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, a fait part de sa volonté de revoir ce diagnostic fréquemment contesté pour son manque de fiabilité.

Cette réforme pourrait concerner à la fois le contenu même du DPE pour le rendre plus simple, mais aussi la formation, le niveau de compétence et le contrôle des diagnostiqueurs. Nul doute, qu’en cours d’année, d’autres changements seront annoncés ou projetés afin de consolider toujours plus cette profession dans ces missions et attributions.

NOS PARTENAIRES