Les métiers de l’efficacité énergétique et de l’économie d’énergie des bâtiments sont issus de la signature du protocole de KYOTO, signé en 1997. Celui-ci, entré en vigueur en 2005, vise à réduire par 4 les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES), responsables du réchauffement climatique, d’ici 2015. Le secteur du bâtiment représentant à lui seul 30% des émissions de GES. Il devient donc une évidence d’agir sur l’amélioration de la performance énergétique tant sur les travaux de rénovation que sur la construction de bâtiments neufs. Suite à la seconde Guerre Mondiale, le secteur du bâtiment à connu de très nombreuses (re)constructions, réalisées très rapidement et sans réflexion quant à leur performance énergétique.

Une certaine prise de conscience est apparue lors du premier choc pétrolier (1973), qui a conduit à la mise en place d’une première réglementation thermique des bâtiments l’année suivante. Ce qui représentait une certaine révolution pour ce secteur d’activité, puisqu’aucune loi n’encadrait la performance énergétique. C’est ainsi que les premières isolations sont apparues en construction. Depuis, cette réglementation n’a cessé d’évoluer, afin d’améliorer sans cesse le confort et la performance énergétique des bâtiments neufs. Les bâtiments anciens, n’étant pas concernés par cette réglementation, mais pourtant responsables de la majeure partie des émissions de GES, remet en cause certaines mesures...

C’est pourquoi, s’en sont suivies, les lois jugées « ambitieuses » Grenelle 1 et 2 qui ont démystifié les pratiques habituelles, à travers la dernière réglementation thermique RT 2012. S’imposent alors, pour la toute première fois, des obligations de moyens et de résultats pour tout nouveau dépôt de permis de construire sur le neuf et l’ancien. Pour cela, d’importants dispositif fiscaux ont été mis en place pour encourager la rénovation. En parallèle, de nouveaux labels, tel le label BBC (Bâtiment Basse Consommation) soutenus par des mesures de défiscalisation, ont vu le jour dans le cadre d’une démarche volontaire d’amélioration de la performance énergétique. L’objectif étant d’atteindre le niveau passif (consommer autant d’énergie que celle produite par les énergies renouvelables) puis positif (produire plus d’énergie que celle consommée par le bâtiment).

Pour satisfaire aux exigences de moyens et de résultats, un vaste panel d’études et de contrôles sont alors à produire. Et cela, dès le dépôt du permis de construire, avec la fourniture de :

  • Une étude thermique de projet avec calcul des besoins bioclimatiques (Bbio) et l’engagement de faire respecter la consommation maximale de 50Kwhep/2/an
  • Une étude thermique finale qui permet de faire la sélection parmi les matériaux et systèmes qui seront installés pour satisfaire à la consommation maximale autorisée.
  • Un contrôle d’étanchéité à l’air du bâtiment par un test d’infiltrométrie, car les infiltrations d’air non désirées, sont responsables en partie de la consommation de chauffage et dérèglent la ventilation (Exemple : objectif pour une maison individuelle : ne pas atteindre plus de 0.6m3/h/m2)
  • Un diagnostic de performance énergétique
  • Un contrôle technique de fin de chantier permettant de valider les étapes précédentes et de clôturer le chantier.

La sanction principale à l’échec de ces contrôles reste la non-obtention du permis de construire, et l’attestation d’achèvement des travaux, nécessaire à la livraison et à l’usage du bien.

Pour les acteurs du bâtiment cela constitue une révolution car de nouveaux métiers apparaissent : Conseiller en économie d’énergie, Expert en rénovation et efficacité énergétique, Opérateur en infiltrométrie, Contrôleur technique de la RT 2012, Diagnostiqueur DPE. Et d’autres métiers sont amenés à évoluer, tel que celui de Thermicien RT 2012.

Certains de ces métiers sont réglementés comme celui d’Opérateur en infiltrométrie, qui requiert le passage d’une formation auprès d’un organisme agrée par le Ministère en charge de la construction. Cette formation de 5 jours est validée par un examen de type QCM ainsi qu’une évaluation pratique (réalisation d’une mesure en présence de l’évaluateur). Le futur Opérateur doit alors établir 10 mesures dont 5 rapports qu’il devra fournir auprès de Qualibat qui délivre l’autorisation n° 8711, en cas de respect des protocoles de mesures et de la bonne élaboration des rapports selon la norme NF EN 13829 et son guide d’application.

Le Contrôleur Technique de fin de chantier devra quant à lui, justifier d’une certification DPE, qui est elle aussi assujettie à des pré-requis : Bac+2 ou 3 ans d’expérience dans les métiers des techniques du bâtiment.

Pour les autres métiers, aucune réglementation n’impose de critères de compétences, si ce n’est de justifier d’une assurance décennale (études thermiques neuf et rénovation) pour exercer ou en solution alternative, de justifier d’un savoir-faire auprès des différents prescripteurs pour témoigner d’une certaine crédibilité. C’est pourquoi, la formation portant sur ces nouveaux domaines et nouvelles techniques restent la clé d’un projet professionnel réussi.

Les centres de formation WEDGE Institute, pionniers dans l’efficacité énergétique, sauront personnellement et au cas par cas, étudier votre projet professionnel, et vous offrir l’opportunité de faire partie de la « Révolution Thermique » actuellement en marche !

Agrée par le Ministère en charge de la construction, WEDGE Institute vous propose de devenir « Opérateur en infiltrométrie 87 11 ». Même si cela représente un métier à part entière, il est bon de le compléter par la réalisation du DPE et du contrôle technique de fin de chantier, qui constituent des atouts complémentaires et indispensables pour répondre à la demande des prescripteurs souhaitant des opérations de contrôle, tout en ayant un seul et unique interlocuteur.

Durant toute la formation, WEDGE Institute met à votre disposition le matériel nécessaire à l’apprentissage des bonnes pratiques et a sélectionné pour vous les meilleurs formateurs, eux-mêmes certifiés et reconnus 87 11 par Qualibat et toujours en activité sur le terrain.

Vous pouvez également valoriser vos compétences via un diplôme de niveau 2 (Bac +3) reconnu par l’État, gage de professionnalisme.

Pour les activités d’études, WEDGE Institute est l’unique école en France à proposer une formation complète sur la réalisation d’études thermiques des bâtiments neufs, Bbio, études de rénovation, nécessaires à l’amélioration de l’ancien, à travers le cycle complet d’« Expert en efficacité énergétique des bâtiments » reconnu par le RNCP de niveau 1 (Bac +5).

Adaptée pour des projets de reconversion professionnelle (créateur d’entreprise ou thermicien salarié) ou suivie en version « continue », elle se décline en 5 semaines intensives de travail basé sur des études de cas ponctuées par des tests de connaissances et de préparation à la soutenance finale, indispensables pour l’obtention du diplôme.

Chaque étude de cas est corrigée de manière collégiale, de façon à favoriser l’écoute de chacun et initier l’échange.

Comme pour tous les métiers novateurs, cette formation est conditionnée pour les débutants et accessible à tous. Le cycle démarre par une mise à jour des connaissances du bâti et des bases de la thermique pour progressivement atteindre la modélisation à l’aide de logiciels agréés par le Ministère en charge de la construction (fournis gracieusement durant tout le cycle). Tous les 3 jours, sont réalisés des entretiens spécifiques et mises au point par stagiaires, afin de s’assurer de la bonne appréhension et maîtrise du module écoulé.

Une quinzaine de jours suffisent à composer le mémoire demandé. Mémoire, pour lequel, WEDGE Institute vous guide via la remise d’un sommaire type, mentionnant ce qu’il doit comporter de façon à assurer la soutenance orale requise auprès d’un jury et ainsi obtenir le diplôme visé.

Quelque soit la thématique choisie (étude ou contrôle), WEDGE Institute propose de devenir ‘’Reconnu Garant de l’Environnement‘’ (RGE). Critère indispensable pour les maîtres d’ouvrage, afin de répondre aux critères de subventionnement. Les écoles WEDGE Institute sont agrées par Certibat pour la dispense de formations destinées à l’obtention du certificat RGE.

WEDGE Institute vous accompagne dans la réussite de votre projet professionnel en vous faisant bénéficier gracieusement de l’adhésion à la fédération FED EXPERTS (www.fed-experts.com), destinée à fédérer les différents acteurs de la performance énergétique et à porter vos revendications d’hommes de terrain. Cela constitue une opportunité d’échange et d’affaires, puisque vous serez référencé auprès du registre des experts diplômés et recevrez par ce biais, des contacts qualifiés de prospects désireux de pouvoir profiter de vos compétences.

Par ailleurs, vous bénéficierez, par ce biais, de tarifs négociés par la Fédération pour l’acquisition de matériel et logiciels dédiés, tout comme les pour les assurances requises (RC Pro et Décennale).

Vous souhaitez vous orienter vers un métier d’avenir, porté par une réglementation évolutive ? Alors n’hésitez pas à consulter WEDGE Institute, qui saura vous orienter en alliant ambition et évolutions futures, telles que la loi de transition énergétique de 2015 et la Cop 21, qui représentent une opportunité unique à ne pas manquer !

NOS PARTENAIRES