Application de l’arrêté du 1er octobre 2019 : quels changements pour les analyses amiante ?

Mise en ligne le 28-05-2021

Pour améliorer la fiabilité des analyses amiante, de nouvelles dispositions sont entrées en vigueur depuis le 20 avril dernier. Petite synthèse des principaux changements.
Les dispositions relatives aux diagnostiqueurs immobiliers prévues par l’arrêté du 1er octobre 2019 sont entrées en application le 20 avril 2021. Ce texte s’intéresse notamment aux modalités de réalisation des analyses de matériaux et produits susceptibles de contenir de l'amiante. Il modifie certaines procédures, en apportant des précisions sur le traitement des matériaux et produits multicouches et des couches hétérogènes. Désormais, les laboratoires doivent adapter leur méthode d’analyse à la typologie de matériaux (matériaux et produits manufacturés avec amiante ajouté, matériaux bruts avec amiante naturel et matériaux manufacturés avec amiante naturel) avec des analyses différenciées au MOLP (microscopie à lumière polarisée) ou au META (microscopie électronique à transmission analytique) et une des grilles d’analyse plus nombreuses.
Mais surtout ils doivent concentrer leur analyse sur les couches d’intérêts des matériaux, c’est-à-dire celles qui sont susceptibles de contenir de l’amiante. Cela signifie que les opérateurs de repérage devront préalablement étudier la composition de chaque matériau en indiquant les différentes couches et préciser celles qui devront faire l’objet d’une analyse. Si les couches sont dissociables et homogènes, le laboratoire pourra analyser chaque couche séparément. Mais si elles ne sont pas dissociables ou si elles sont hétérogènes, le laboratoire devra réaliser autant d’analyses que nécessaire pour que les résultats soient conformes à la limite de détection. Les opérateurs devront donc veiller à leur transmettre des échantillons suffisamment importants pour atteindre cet objectif.

RETOUR AUX ACTUALITES

nos partenaires