Après le plomb et l’amiante, la silice cristalline

Mise en ligne le 30-09-2019

L’ANSES, l’Agence nationale de sécurité sanitaire, alerte sur les dangers réels de l’exposition des salariés du BTP aux poussières de silice cristalline.

La silice cristalline, nouveau fléau du BTP ?

Depuis l’instauration des diagnostics immobiliers, on s’est beaucoup intéressé aux risques d’exposition au plomb ou à l’amiante. Mais un autre mal menace également les professionnels du BTP : la silice cristalline. Très courante dans les matériaux de construction, la silice est un minéral qui se trouve naturellement dans de nombreuses roches comme le grès, le granite ou encore le sable. Sa présence est donc normale dans les bétons, les enduits ou encore les mortiers qui servent à l’édification des bâtiments. On la retrouve sous plusieurs formes (tridymite, cristobalite, quartz). Une étude l’Anses vient d’en mesurer les dangers pour les ouvriers du BTP lors des travaux qu’ils réalisent. En effet, une exposition aux poussières de silice cristalline augmente fortement les chances de contracter la silicose, une maladie pulmonaire pouvant dégénérer en cancer du poumon.

Une réglementation à affiner

Les chiffres de l’Anses sont assez inquiétants : 365 000 salariés du BTP seraient concernés et environ 10 % d’entre eux seraient exposés à des concentrations supérieures à VLEP. L’Agence rappelle qu’il convient absolument de respecter les réglementations européennes relatives à la protection des travailleurs contre les risques d’exposition aux agents cancérogènes. À ce titre, il importe donc de prendre en considération la silice cristalline. Et l’Anses préconise, dans le même temps, un abaissement de la valeur limite d’exposition professionnelle actuellement fixée à 0,1 mg/m3. Elle souhaite également que des études sanitaires complémentaires soient conduites afin de mieux comprendre les conséquences d’une exposition aux poussières de silice cristalline.

RETOUR AUX ACTUALITES

nos partenaires