✪ CRISE DU COVID 19, UNE CHANCE POUR SE RENOUVELER ✪

Mise en ligne le 14-05-2020

Crise du COVID 19, une chance pour se renouveler :

 

Un emprunt de 110 milliards, une contraction de 9% du PIB et 115% d’endettement, telle est la facture de la crise du CORONAVIRUS. A l’échelle du diagnostic immobilier et de l’efficacité énergétique et plus largement de la formation professionnelle, quel va être l’après COVID 19, peut on malgré tout y trouver des opportunités ? 

 

L’avant covid présentait le secteur comme prospère, en croissance continue depuis plusieurs années, le moral des chefs d’entreprise intact et l’optimisme de mise pour les mois et années à venir. Les domaines de l’amiante, de l’économie d’énergie en locomotive, combiné à une actualité réglementaire très riche (nouveau dispositif de certification, nouveau DPE) auraient dû être le fil rouge des derniers rvdi du 12 mars 2020 et enflammer les débats autour de ces questions. La baisse légitime de la fréquentation liée aux soupçons de confinement imminent et du danger lié au virus n’a pas permis tout l’espoir d’une fréquentation record comme attendu, sans toutefois  freiner la motivation des exposants et visiteurs ayant fait le pari du déplacement.

 

Ce confinement engendrant l’arrêt des activités des diagnostiqueurs, d’abord vécu comme une déception du fait de la crainte de voir son activité en péril, puis les jours et semaines passant, nous disposons de beaucoup plus de temps pour réfléchir, se remettre en question et méditer, ce qui n’était pas possible dans notre vie d’avant. 

 

Les comportements ont changé, notamment la généralisation de la Visio conférence, l’émergence de nouveaux outils. Tous existaient avant, mais cette crise nous à forcé à faire un bon dans le futur d’au moins 5 années. L’adaptation à la formation à distance et à la réalité virtuelle alors que la majorité était réfractaires tant le métier est technique et nécessite beaucoup de pratique est un signal fort. Cela laisse le temps à la filière de monter en compétence pour préparer la reprise et être prêt le jour J car d’ordinaire, le temps était le principal facteur faisant avorter ces projets. 

 

C’est aussi l’occasion de penser à des solutions de mutualisation sur les coûts entre professionnels, de limiter ses déplacements et ainsi faire un geste fort pour l’environnement, cette crise nous a prouvé que beaucoup de choses pouvaient être faite grâce à la digitalisation et rendent certains déplacements inutiles. Or ceci passera par l’unité de la profession, car il faudra être solidaire pour passer ce mauvais moment, songer à des solutions comme la création de caisses de secours permettant d’encaisser un nouveau choc d’une ampleur équivalente. C’est une occasion d’enterrer la hache de guerre entre fédérations et professionnels, petits et grands. 

 

Enfin, ces deux mois et demi d’arrêt permettent d’améliorer la qualité des services délivrés prochainement et de gérer l’administratif d’ordinaire très chronophage ; pour le diagnostic immobilier et l’efficacité énergétique il y aura un avant et après COVID 19, faisons en sorte que l’après soit meilleur et serve à la filière dans son renouvèlement, il en est de notre devoir.

 

 

            

 

 

Concernant Wedge Institute et la crise du covid : 

 

« Pour les écoles Françaises, il y a eu une semaine d’arrêt complet de l’activité le temps d’expliquer aux apprenants le basculement en Visio et de les installer, tous l’ont très bien accueilli et ont joué le jeu. Les examens ont pu aussi être maintenu grâce à la visio et pour les premiers examens qui se sont déroulés, on ne déplore pas plus d’échecs que d’habitude, on peut dire que le distanciel à très bien fonctionné et qu’il n’y a eu aucune perte en matière de connaissances grâce un gros effort des formateurs, car c’est plus fatiguant pour eux par rapport à du présentiel. 

La fin du parcours des étudiants correspondra avec la reprise, ils seront donc prêts à être embauché car toutes les entreprises ont gelés les embauches en Mars et Avril mais reprendront celles-ci dès la fin du confinement.

 

Wedge partait pour battre un record de croissance avec 140 apprenants pour le premier trimestre, cette forte augmentation (30%) servira à compenser le trou d’air entre Mai et Septembre, date à laquelle nous accueillerons à nouveau physiquement des stagiaires. Seul un salarié est au chômage partiel, tous ont été maintenus à leur poste, souvent à leur demande....bien entendu avec des mesures de protection et de distanciation. 

 

Pour les branches internationales, il n’y a pas eu vraiment d’arrêt non plus, les branches Africaines, Asiatiques et du Golfe ont connu un tout petit report le temps de s’adapter au e-learning. Si les activités redémarrent en septembre, comme nous nous projetions, Wedge pourra malgré tout, conserver ses objectifs de croissance et maintenir ses perspectives. »

RETOUR AUX ACTUALITES

nos partenaires