Deux tiers des artisans jugent compliqué le système d’aides à la rénovation énergétique

Mise en ligne le 13-07-2021

Selon une étude menée auprès des TPE du bâtiment, les artisans ont du mal à s’y retrouver parmi les différents dispositifs d’aide au financement de travaux et, par conséquent, ne s’estiment pas en mesure de bien conseiller leurs clients.


Si la rénovation énergétique rencontre un succès grandissant, les professionnels ne se sentent pas toujours à l’aise avec les différentes aides publiques comme MaPrimeRénov’ ou encore les CEE (Certificats d’économie d’énergie). Ces dispositifs sont pourtant des éléments clés pour une accélération de l’efficacité énergétique du parc de logements.


Ainsi, 66% des entreprises artisanales interrogées trouvent le système d’aides complexe et considèrent ne pas être légitimes pour en parler à leurs clients. Ils sont presque autant à se considérer comme mal informés sur le sujet (64%).
Cette situation incite d’ailleurs nombre d’artisans à ne pas s’engager dans une démarche de labélisation RGE (reconnu garant de l’environnement) pourtant indispensable pour faire bénéficier des aides à leurs clients. Ils ne sont ainsi qu’un sur cinq à voir les aides comme un moyen de se développer commercialement, une majorité préférant accorder des remises sur leurs prestations. Un constat quelque peu décevant au regard des enjeux, même si 70% artisans restent sensibles à la nécessité de proposer des alternatives respectant l’environnement à leurs donneurs d’ordre.


Au final, et plus de 10 ans après sa création, moins de 60 000 entreprises sur 350 000 détiennent le label RGE, un chiffre qui devrait interpeller les pouvoirs publics et les inciter à repenser leur communication et l’information des artisans afin de massifier la rénovation énergétique.

RETOUR AUX ACTUALITES

nos partenaires