L’Observatoire de la rénovation énergétique dévoile son premier rapport

Mise en ligne le 28-05-2021

Après l’Anah il y a quelques semaines, c’est au tour de l’Observatoire national de la rénovation énergétique (ONRE) de dresser un bilan, plus complet, des opérations engagées en France entre 2016 et 2019.
Créé il y a un an et demi, l’ONRE livre le résultat de ses premières études sur la rénovation énergétique du parc immobilier français. Basé sur les chiffres de l’Anah et de l’enquête Tremi (Travaux de rénovation énergétique des maisons individuelles) pilotée par l’Ademe, le rapport s’intéresse plus particulièrement à la période 2016-2019 avec l’ambition de « dresser le panorama des rénovations énergétiques en France le plus complet à ce jour ».
Tout d’abord, l’étude indique que 2,3 millions de maison individuelles ont fait l’objet de travaux de rénovation énergétique pour une économie de 8,1 TWh/an, soit 2,5% de l’ensemble du parc de maisons individuelles ! À noter que l’ONRE recense le versement de 1,4 millions d’aides à destination des maisons individuelles (CITE, CEE, programme Habiter mieux de l’Anah, etc.).
Du côté du collectif, l’ONRE ne dispose pas de chiffres relatifs au nombre de campagnes de travaux mises en œuvre. En revanche, il indique que des aides ont été versées à 700 000 logements pour une économie globale estimée à 1,9 TWh/an.
Concernant la typologie des personnes, l’ONRE relève donc que ce sont principalement les propriétaires occupants de maisons individuelles qui ont lancé des travaux de rénovation énergétique et ont bénéficié d’aides au financement. 
L’étude permet également de pointer l’émergence de certaines tendances en matière de typologie de logements avec une légère surreprésentation :
    • des habitations de grande surface
    • des habitations construites avant 2000
    • des ménages aisés
    • d’une occupation récente du bien
Enfin, dernier point capital de l’enquête : l’efficacité des travaux. Et c’est finalement là que le bât blesse (un peu). Car si dans la majorité des cas, les gains de performance énergétique sont réels, ils ne sont pas non plus systématiques. Ainsi, sur 3,1 millions d’opérations de rénovation potentiellement énergétique engagées en 2019 sur des maisons individuelles (enveloppe, chauffage, eau chaude, ventilation, climatisation), seules 2,3 millions ont abouti à une réduction de la consommation. L’ONRE signale donc que « beaucoup de travaux négligent l'amélioration des performances thermiques (voire conduisent à une augmentation de la consommation comme la première installation d'un climatiseur par exemple) ». D’où l’importance de s’appuyer sur l’expertise d’opérateurs ou d’artisans qualifiés en matière de travaux d’amélioration énergétique.

 

RETOUR AUX ACTUALITES

nos partenaires