Le nouveau DPE fait exploser le nombre de passoires thermiques !

Mise en ligne le 30-09-2021

Contrairement aux prévisions gouvernementales, le nouveau DPE entraine de nombreux déclassements de biens problématiques pour les propriétaires et les vendeurs comme pour la politique de rénovation énergétique.

Lors de la présentation du nouveau DPE au printemps dernier, le ministère de la Transition écologique avait prévu des changements de classe pour certains logements, mais avec un bilan globalement à l’équilibre. En effet, le nombre de logements déclassés en passoires énergétiques (note F ou G), notamment ceux chauffés au fioul, devait être compensé par le nombre d’anciens logements F ou G requalifiés avec une meilleure note (logements chauffés à l’électricité ou au bois).

Mais la réalité est malheureusement bien différente et, dans les faits, le nombre de passoires thermiques explose depuis l’entrée en vigueur du nouveau DPE le 1er juillet dernier. Ainsi, alors que le ministère tablait sur environ 500 000 logements notés G avec le nouveau DPE, les premières projections basées sur les remontées du terrain laissent plutôt présager d’un chiffre situé entre 800 000 et 1 000 000  unités ! On peut imaginer la même augmentation pour les logements notés F.

Le risque est donc fort de provoquer un séisme au sein de la filière immobilière entre des acquéreurs peu enclin à investir dans des passoires thermiques bientôt la cible de sanctions, des bailleurs confrontés à une urgence de rénovation et à une enveloppe budgétaire qui risque d’exploser et des aides d’État qui font devoir être étoffées pour absorber le surcroît de demandes !

Toutes ces raisons ont poussé les Pouvoirs publics à recommander la suspension provisoire des DPE pour les logements antérieurs à 1975 dans l’attente d’une amélioration du moteur de calcul pas encore suffisamment fiable. Cette recommandation met les diagnostiqueurs immobiliers dans l’embarras pour répondre aux demandes de leurs clients. Une réunion entre la filière et le ministère est prévue le 4 octobre pour envisager des pistes de sortie de crise, une urgence pour la profession !

RETOUR AUX ACTUALITES

nos partenaires