Les diagnostiqueurs bientôt en charge des audits énergétiques

Mise en ligne le 19-05-2022

Le 4 mai dernier, les pouvoirs publics ont décidé de mettre à contribution les diagnostiqueurs immobiliers dans leur lutte contre les passoires thermiques mettre en place leur politique de rénovation. En effet, cette question est une composante majeure de la dernière loi climat.

C’est pourquoi les diagnostiqueurs immobilier vont désormais pouvoir réaliser des audits énergétiques. Évidemment, cela s’accompagne d’un cadre précis dans lequel il va falloir rentrer pour les effectuer. Mais cela vaut certainement le coup de s’y pencher étant donné que ce marché représente 10 000 audits par mois en estimation pour 6 à 8 millions de passoires thermiques.

D’autant plus que l’interdiction pour les propriétaires de louer ces passoires à l’horizon 2025 va obliger la réalisation d’audit, un marché très porteur donc pour la profession.

Dans cet article, nous vous expliquons quelles cases seront à cocher pour pouvoir réaliser ces opérations et en quoi elles consistent.

Afin d’être habilité, il faudra justifier :

    • D’avoir accompli depuis moins de 6 mois une formation pour la réalisation de l’audit énergétique dispensée par un organisme de formation certifié.
    • Ou bien d’avoir réalisé, au cours des deux dernières années, au moins trois audits énergétiques ayant reçu une évaluation favorable de l’organisme de certification


L’arrêté précise ensuite les modalités de réalisation des audits et les concernés.

Seulement les bâtiments en mono propriété sont concernés, tandis que les autres sont exclus du calendrier suivant :

    • Les bâtiments classés F et G à compter de septembre 2023 
    • Les bâtiments classés E pour 2025 
    • Les bâtiments classés D à l’horizon 2034

L'audit énergétique devra notamment comprendre :
    • L’estimation de la performance du bâtiment ou de la partie de bâtiment avant travaux. Mais cette estimation devra être réalisée selon la méthode de calcul conventionnelle.
    • Un schéma précisant la répartition des déperditions thermiques du bâtiment.
    • Des informations sur les dispositifs de régulation et de contrôle pilotant les équipements du bâtiment.
    • Des propositions de travaux de rénovation permettant de parvenir à une rénovation performante. Chaque proposition prévoit un parcours de travaux en une ou plusieurs étapes cohérentes entre elles. L'auditeur propose au moins deux propositions de travaux de rénovation permettant d’arriver à un classement énergétique équivalent à B et C pour les passoires énergétiques.


Les solutions de travaux proposées devront être compatibles avec l’état du bâtiment existant. Les solutions techniques ne doivent pas le fragiliser et doivent être en accord avec les matériaux de base.

L’audit doit détailler les gains de performances minimales à respecter afin de pouvoir être éligible et bénéficier des aides financières dédiées comme MaPrimeRénov’, et ce, pour chaque type de travaux proposé.

A l’issue, des travaux, l’objectif est d’arriver à une classe énergétique de B. Exception faite aux biens qui présentent de trop grandes contraintes architecturales pour lesquelles ne devront seulement gagner que deux classes.

L'audit donne ensuite lieu à un rapport de synthèse, comprenant entre autres :
    • Un état des lieux du bâtiment
    • Une synthèse de l'ensemble des éléments de contenu de l'audit 
    • Une annexe explicitant les différentes notions techniques
    • Un renvoi vers les structures qui vont pouvoir accompagner le client dans ses travaux de rénovation énergétique
    • Le nom et la version du logiciel d'audit utilisé

Une fois l’audit réalisé, le diagnostiqueur devra le conserver pendant toute la durée de sa validité, soit 5 ans afin de pouvoir le transmettre en cas de nouveau propriétaire.

Enfin, il est important de noter que le diagnostiqueur ne pourra pas sous-traiter cette prestation sous peine de sanction.

RETOUR AUX ACTUALITES

nos partenaires