LES PUNAISES DE LIT : UN NOUVEAU CRÉNEAU POUR LES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS ?

Mise en ligne le 20-02-2020

L’absence de nuisibles est l’un des critères de décence des logements. Avec la prolifération des punaises de lit, le gouvernement étudie tous les moyens pour mieux maitriser et éradiquer ce fléau.

 

Une propagation qui inquiète…

Les punaises de lit ont fait leur retour dans l’Hexagone. Ces nuisibles avaient pourtant quasiment disparu depuis les années 1950 en France, mais on assiste de nouveau à leur prolifération depuis quelques années, probablement importées par les voyageurs venus de l’étranger. C’est pourquoi, les zones touristiques sont les plus exposées au point que la situation inquiète les pouvoirs publics. Quasiment invisibles à l’œil nu et en journée, les punaises de lit provoquent des démangeaisons, voire des réactions allergiques, mais heureusement elles ne sont pas porteuses de maladie. Pour autant, l’exemption de toute infestation d’espèces nuisibles et parasites est, depuis l’adoption de la loi Elan le 23 novembre 2018, un critère de décence des logements, une disposition qui intéresse tout particulièrement les bailleurs.

 

Une nouvelle mission pour les diagnostiqueurs ?

Certains candidats aux élections municipales se sont même emparés du sujet et le ministère du Logement a lancé un plan destiné à sensibiliser et à améliorer la lutte contre la prolifération des punaises de lit. Un numéro vert d’information (0806 706 806) a ainsi été mis en place et une campagne de sensibilisation a débuté sur internet et les médias sociaux. Il est aussi prévu de développer une offre de formation spécifique d’ici l’été qui devrait conduire à la délivrance d’une attestation, voire d’une certification/labellisation. Un enjeu dont pourrait se saisir les diagnostiqueurs immobiliers qui, dans le cadre de l’état parasitaire, ont déjà l’obligation de signaler toute infestation parasitaire.

RETOUR AUX ACTUALITES

nos partenaires