Repenser l’approche de la rénovation énergétique et son financement

Mise en ligne le 20-11-2020

Un rapport préconise une nouvelle approche de la rénovation énergétique des bâtiments et des aides qui y sont associées afin d’en améliorer la pertinence et l’efficacité.

Dans son rapport Comment accélérer la rénovation énergétique des logements, France Stratégie évoque des pistes d’amélioration afin de massifier la rénovation des bâtiments en France. Il s’agit de lever les freins existants et de rendre plus efficaces les politiques publiques et les aides au financement de travaux.  

Partant du constat d’un manque d’information sur les gains de consommation par rapport aux investissements consentis, mais aussi des difficultés de financement des opérations en dépit des aides existantes, le rapport préconise de renforcer l’accompagnement et le conseil. Mais surtout, il insiste sur la nécessité de développer des Contrats de performance énergétique (CPE) associés à un mécanisme public de garantie. Pour cela, France Stratégie propose de sélectionner, sur appels d’offres, des opérateurs spécialisés qui seraient chargés du financement des travaux par un retour sur investissement grâce aux économies d’énergie réalisées et, si nécessaire, par la garantie publique. Ces opérateurs paieraient donc les travaux et les ménages, qui n’auront donc rien à débourser pour les travaux, reverseraient une partie des économies réalisées sur leur facture d’énergie jusqu’à l’amortissement de l’opération.

Ainsi, les opérateurs auraient tout intérêt à rechercher les gains de consommation les plus performants pour amortir au plus vite leur investissement, ce qui laisse augurer d’une réelle incitation à la mise en œuvre de projets ambitieux. De plus, les CPE permettraient de limiter les aides publiques au strict nécessaire.

Le rapport imagine même la possibilité de déployer les CPE à des échelles plus importantes qu’un simple bâtiment. Il évoque ainsi la possibilité que des collectivités territoriales coordonnent des opérations de rénovation énergétique sur des quartiers ou des territoires entiers en créant des « zones de rénovation concertées ».

Enfin, France Stratégie s’interroge sur les moyens et les résultats de cette nouvelle approche. Le rapport estime que ces dispositifs permettraient un accroissement de l’ordre de 250 000 opérations par an pour un coût moyen de 30 000 € et des économies d’énergie de d’environ 50%. Surtout, il prévoit la création de 100 000 emplois pour parvenir à répondre à l’afflux de demandes de travaux, le tout en épargnant notre planète du rejet de près de 100 000 tonnes de CO2 dans les 20 prochaines années.

RETOUR AUX ACTUALITES

nos partenaires