Un manque de professionnels compétents pour la rénovation énergétique des bâtiments

Mise en ligne le 15-10-2020

Alors que la France a fait de la transition écologique une priorité nationale et que son plan de relance post-covid consacre une enveloppe importante à la rénovation énergétique des bâtiments, on constate un manque flagrant de professionnels et de compétences pour répondre à ces objectifs.

Une multiplication des aides forcément incitatrices

Augmentation de la dotation de MaPrimeRénov’, CEE, crédit d’impôt pour la rénovation énergétique des locaux des TPE-PME… la liste des aides allouées pour accompagner le financement des travaux de rénovation énergétique des bâtiments ne cesse de s’allonger !

Et ce mouvement n’est vraisemblablement pas qu’un simple effet d’annonce, comme une solution miracle pour sortir de la crise économique qui se précise chaque jour un peu plus ! Car si le plan de relance entend se saisir de la question énergétique des bâtiments pour créer les fondations d’un pays décarbonné, le travail reste immense et sera de longue haleine.

Le Parlement européen vient d’ailleurs de le rappeler en présentant ses pistes de réflexion pour parvenir à la neutralité carbone des villes européennes d’ici… 2050 ! Si les moyens d’accompagnement pour le financement des travaux de rénovation énergétique sont progressivement déployés et devraient se prolonger pour quelques années, voire quelques décennies, encore faut-il que l’on dispose des compétences pour mettre en œuvre cette ambition.

Des opportunités d’emplois à saisir !

Car c’est bien là que le bât blesse actuellement. Comme l’a rappelé Marjolaine Meynier-Millefert, co-animatrice du Plan de rénovation des bâtiments, à l’occasion du congrès de l’Association française du gaz, « tant qu’il n’y a pas d’acteurs et de demande, il n’y a pas de marché, et tant qu’il n’y a pas de marché, il n’y a pas d’acteurs et de demande ».

Une situation qui tient beaucoup à la frilosité de nombreuses entreprises du BTP à s’emparer de ce marché, mais aussi au manque cruel de compétences pour faire face à l’afflux de demandes qui ne manquera de croitre dans les prochaines années.

D’où l’importance de promouvoir plus que jamais les filières des éco-métiers auprès des jeunes, des sans-emplois ou des personnes en reconversion professionnelle afin de disposer d’acteurs formés et compétents pour concrétiser les ambitions de la France. Il est donc temps, voire urgent, d’associer enfin aux moyens financiers, des moyens humains à la hauteur des enjeux, et transformer les discours et les bonnes intentions en actes ! 

RETOUR AUX ACTUALITES

nos partenaires